Bilan de la semaine 6 : back in black (18-3)

Quand même, seize de suite !

Prenons un instant pour revenir là-dessus. Même si Brad Stevens et son équipe n’ont pas dû en faire grand cas, et même si la série ne reflétait certainement pas le niveau réel des Celtics, c’est tout de même une sacrée performance : du 18 octobre au 22 novembre, les Celtics n’ont pas connu la défaite. De quoi classer cette série au quatrième rang (à égalité) dans l’histoire de la franchise et au sixième rang (à égalité) des meilleures séries de victoires en NBA sur ces dix dernières années.

Alors certes, cela aura rendu impossible la production d’analyses pertinentes sur le fond de jeu de l’équipe, mais quand même !

Et maintenant ?

Au lendemain de la défaite face au Heat qui met un terme à cette série, Boston affiche le meilleur bilan de toute la NBA avec 1,5 matchs d’avance sur Houston et 4 matchs d’avance à l’Est comme au sein de la division Atlantic. À peine une vingtaine de matchs ont été disputés depuis la terrible blessure de Gordon Hayward que certains présentent déjà Boston comme une possible équipe prétendante au titre.

Une telle série, que nul n’aurait pu prédire suite à l’affreuse chute d’Hayward, ne permet cependant pas de valider ou d’invalider cette hypothèse. Un conseil tout de même, gardez-vous tout de même bien de prêter trop de valeur au bilan de l’équipe et de revoir à la hausse ses objectifs. En dépit d’un départ fulgurant, l’équipe n’a pas encore trouvé son équilibre, comme en témoignent d’ailleurs les résumés de la plupart des matchs de cette série.

Les objectifs que nous pouvions fixer au lendemain du match contre Cleveland sont toujours d’actualité : développer les jeunes pépites que sont Jayson Tatum et Jaylen Brown, mieux intégrer Irving et polir certaines facettes de son jeu, espérer une progression de Terry Rozier et de Marcus Smart, bref, préparer l’équipe en vue de la prochaine saison. Les objectifs collectifs viendront d’eux-mêmes.

Quelques remarques :

• La réaction des Celtics : et si la fin de série avait fait du bien aux joueurs ? C’est en tout cas ce que pense Irving, qui a confié qu’il « était temps que la série s’arrête ». C’est surtout ce qu’ont laissé entrevoir les deux matchs qui ont suivi la défaite à Miami, avec beaucoup plus de concentration et de constance dans l’effort qu’au préalable. Et comme pour certifier cela, Irving expliquait après la victoire contre Orlando qu’il était crucial que l’équipe montre un bon visage et une bonne réaction derrière.

• Les lancers francs de Brown : nous aurions certainement pu/dû en parler plus tôt, mais il nous semblait important de l’évoquer. Même s’il n’a jamais été réellement étincelant dans l’exercice (65% à l’université, 68% l’an dernier), Brown tourne à un fâcheux 60,5% de réussite cette saison. Ce n’est pas très reluisant pour un joueur à son poste et surtout très dommage.

En effet, Brown a incontestablement progressé au tir à trois points (passant d’un correct 34% en 2016-17 à 41% sur ce début de saison) et peut donc désormais davantage faire valoir l’explosivité de son premier pas (à ce titre, on soulignera également des progrès dans la maîtrise et la mise à profit de ses capacités athlétiques) pour pénétrer et aller chercher des fautes. Il tire d’ailleurs 4,1 lancers par match cette saison contre 1,6 l’an dernier, mais son adresse est en berne. Malgré un excellent début de saison, c’est un point qu’il devra absolument corriger s’il aspire à franchir un cap supplémentaire.

L’action de la semaine :

Kyle Draper et Brian Scalabrine, qui commentaient le match pour NBCSports, l’avaient annoncé lorsque Stevens a fait rentrer Marcus Smart pour cette dernière action du troisième quart-temps. C’est du déjà vu : lorsque l’équipe a besoin d’un panier important, vaut mieux qu’elle compte Smart dans ses rangs.

La déclaration de la semaine :

Brad Stevens nous a gratifiés de quelques citations assez drôles (dans son style bien à lui) cette semaine, notamment lorsqu’il a indiqué que c’était « en partant de loin » que l’équipe réussissait tous ces comebacks, mais la palme revient à cette déclaration qui met en avant une fibre du marketing qu’on ne lui connaissait pas jusqu’alors :

« Je ne savais pas qu’on allait porter les maillots noirs. Je ne fais jamais vraiment attention à la couleur de notre maillot, sauf si on enchaîne les passes à l’adversaire. »

La semaine prochaine : 

Trois matchs à domicile à venir, mais deux matchs compliqués qui vont être observés de près face aux Pistons et aux Sixers, deux équipes très en vue à l’Est en ce début de saison.

vs Detroit Pistons Pistons2 lundi 27 à 19h30 (01h30)

vs Philadelphia Sixers Sixers2 jeudi 30 à 19h30 (01h30)

vs Phoenix Suns Suns2 samedi 2 à 13h (19h)

Bonus :

Les amis de L’Écho des Parquets, le podcast de Basket-Infos, nous ont invités pour parler de la superbe réussite des Celtics en ce début de saison. C’est à écouter à cette adresse. Bonne écoute et merci à eux !

Article rédigé par Léo Hurlin et Baptiste Godreau

Prev2 of 2Next
Use your ← → (arrow) keys to browse

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *