Bilan de la semaine 13 : London Calling (34-10)

L’instant TripAdvisor de Lucas, l’envoyé spécial de celticsfr :

Déjà, on peut dire avant toute chose que c’est un rêve qui se réalise, et que c’était agréable de vivre l’ambiance d’un match NBA avec tous les à-côtés : animations lors des temps-morts, bière à l’excès, etc. On se laisse vite porter par l’ambiance dans les gradins et on vibre comme jamais. Tout de même, je suis un peu déçu de l’attitude des joueurs qui n’ont pas pris de temps avant ou après le match pour signer des autographes aux fans qui étaient postés devant les tunnels, alors qu’il s’agit de supporters qui n’ont peut-être l’occasion de voir leur équipe favorite qu’une fois par décennie. Enfin, c’était sympa aussi de rencontrer certains de nos followers et mettre des visages sur des pseudonymes. En résumé, j’ai vraiment adoré et j’y retournerai sans hésiter si l’occasion se représente.

Quelques remarques :

La maturité de Jaylen Brown : rien de très nouveau en soi, mais Jaylen a encore prouvé dans ce match que, du haut de ses 21 ans, il avait déjà pas mal de maturité sur le parquet (après avoir montré qu’il en avait également dans le crâne). Ses 21 points sont un bel exemple de sa combativité, mais ne sont peut-être pas aussi symboliques que ses trois rebonds offensifs ou encore son différentiel de +34. Surtout, c’est avec sérénité qu’il a encouragé ses coéquipiers depuis le banc à « garder le cap », ne pas paniquer ou perdre ses moyens comme un jeune de son âge pourrait le faire.

Jayson Tatum go-to guy : il avait déjà montré des signes de solidité dans les moments chauds – pas plus tard encore qu’au dernier affrontement contre Brooklyn avec un dunk puis un trey – mais là, c’était quelque chose à voir. 11 points dans le troisième quart-temps pour faire définitivement basculer le momentum en faveur de son équipe, et une passe décisive pour un panier primé de Kyrie Irving qui vient enfoncer le clou ? On en redemande !

Après la pluie… C’est un peu osé de reprendre ce célèbre dicton pour parler du calendrier des Celtics, étant donné qu’ils s’en sont très honorablement tirés (34V-10D), mais il est nécessaire de souligner que ce match face aux Sixers était le 44e de Boston depuis le début de la saison, soit il y a 86 jours. Cela signifie donc qu’ils n’en ont plus que 38 à jouer en 89 jours pour terminer la saison, et c’est tant mieux au vu des mines fatiguées et des témoignages d’épuisement que l’on a pu observer et entendre.

L’action de la semaine :

Jaylen Brown ramène son équipe à 31-49 et ponctue son corner three d’un baiser adressé au banc des Sixers. Fallait oser.

La déclaration de la semaine :

Brad Stevens, plus empreint de certitude que jamais au moment de commenter le comeback (-22) des Celtics :

« On l’avait déjà fait. On n’a pas vraiment paniqué. »

La semaine prochaine : 

Deux matchs à domicile, avec un premier affrontement contre les Pelicans d’Anthony Davis et DeMarcus Cousins, puis le dernier match de la saison contre les Sixers. L’occasion de se tester sur les verbes irréguliers : sweep, swept, swept.

vs New Orleans Pelicans Pelicans2 mardi 16 à 19h30 (01h30)

vs Philadelphia Sixers Sixers2 jeudi 18 à 19h (01h)

Article rédigé par Léo Hurlin et Lucas Hecker

Prev2 of 2Next
Use your ← → (arrow) keys to browse

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *