Comment Kyrie Irving est devenu leader aux Celtics

Quelques jours à peine après son arrivée aux Boston Celtics, Kyrie Irving avait déjà indiqué avec précision quel type de coéquipier il comptait être au sein de sa nouvelle équipe.

« Ma porte est toujours ouverte, expliquait-il ainsi le 6 octobre alors que les Celtics s’apprêtaient à disputer leur deuxième match de pré-saison à Philadelphie, parce que donner un coup de main peut faire beaucoup de choses. »

En ouvrant sa porte, Irving offrait en fait l’accès à son expérience. Du haut de ses 25 ans, avec six saisons en NBA et trois Finales consécutives disputées à son palmarès, le meneur avait effectivement beaucoup de conseils à prodiguer.

C’est cet enthousiasme à l’idée de partager ses savoirs qui a prouvé en premier son désir de devenir un leader aux Celtics. Aujourd’hui, alors qu’il a disputé plus des trois quarts de sa première saison avec Boston, il est évident que ses qualités de meneur d’hommes ont eu un effet important sur le groupe.

« Dès le début, il nous a montré la voie, confiait le meneur remplaçant Terry Rozier mercredi après l’entraînement des Celtics au Target Center de Minneapolis. Il est vocal et montre l’exemple, donc c’est vraiment génial de le côtoyer sur et en-dehors des parquets. »

Marcus Smart, plus ancien arrivé à Boston au sein de ce groupe, d’acquiescer :

« Il a apporté une mentalité de gagneur. Le fait d’avoir un gars comme Kyrie, qui sait ce que gagner un titre demande, ce que ça implique de traverser comme épreuves… Le fait d’avoir quelqu’un comme ça, qui arrive et qui apporte de la stabilité à ce groupe de jeunes joueurs, de jeunes talents que l’on a très vite plongé dans le grand bain, c’est énorme pour nous. »

Ce n’est pas tâche aisée que de récolter tant de louanges et d’obtenir le respect d’un groupe aussi vite. Mais, de par son aura, Irving a su fasciner ses coéquipiers dès le premier jour où il est arrivé au gymnase de l’équipe. Sa recette ? Être honnête, apporter du soutien et, plus important encore, être soi-même.

« On parle souvent de la nécessité d’être un leader naturel, commence Brad Stevens, son entraîneur. Il faut le faire de manière authentique, et chacun doit tenir son rôle du mieux possible. C’est la base. Je trouve qu’il a su faire tout cela comme il fallait. Il a tout simplement voulu s’intégrer. Il est arrivé et a partagé ce qu’il savait, mais s’est aussi montré très ouvert et prêt à entendre ce que tous les autres avaient à partager. »

Avec une telle approche, Irving a découvert que ses coéquipiers avaient tout autant à lui enseigner que l’inverse.

« Je pense que j’en ai appris autant grâce à eux qu’eux grâce à moi, dit-il. C’est la culture qu’ils ont su créer ici, et j’ai simplement essayé de m’intégrer du mieux possible. Nous sommes quelques-uns à avoir du vécu dans cette ligue et à avoir connu le succès, et je pense qu’on a tous beaucoup de savoirs à apporter. »

Il poursuit :

« C’est vraiment génial de pouvoir apprendre des autres et d’être en même temps un des leaders de l’équipe. Mais ils font tous en sorte de montrer l’exemple eux-mêmes et avant tout. J’essaie juste de montrer l’exemple du mieux que je peux. »

Et comment fait-il ?

« Par exemple, en me rendant à la salle de musculation pratiquement tous les jours, en m’assurant que je fais ce qu’il faut sur le plan nutritionnel et en faisant tout ce qui est nécessaire afin de pouvoir me battre au meilleur de ma forme pour ce groupe. »

On a pu voir son talent avec les Celtics à chaque fois qu’il est entré sur un terrain cette saison. Avec ses 24,8 points, 5,1 passes décisives et 3,7 rebonds de moyenne par match, il est le meilleur marqueur de l’équipe qui pointe aujourd’hui à 45 victoires pour 20 défaites.

Mais il y a une autre facette du talent d’Irving, une facette qui ne se remarque pas sur le parquet. Cette facette, c’est celle du meneur offrant un leadership inestimable hors du parquet, à porte close.

Ou, dans ce cas de figure, derrière une porte toujours ouverte.

Traduction de l’article de celtics.com « C’s Garnering Invaluable Wisdom Via Irving’s Open-Door Policy » par Léo Hurlin et Guillaume Perrin

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *