Boston – Milwaukee, Game 2 : les Celtics montrent les muscles

Après une prestation de haute volée collectivement, sublimée par le record en playoffs de Jaylen Brown (30 points à 12-22, dont 5-12 à 3 points), les Celtics s’imposent relativement facilement 120-106 et mènent désormais 2-0 dans la série face aux Bucks.

Résumé du match :

Revanchard après une sixième faute peu évidente lors du game 1, Giannis Antetokounmpo commence pied au plancher et score 9 points en 3 minutes. De manière surprenante, Guerschon Yabusele, qui n’avait pas foulé le parquet lors du game 1, est le premier à sortir du banc après 6 minutes. Il arrache notamment un rebond offensif de haute lutte pour servir Terry Rozier seul à 3 pts. Jaylen Brown et lui inscrivent l’intégralité des 16 points des Celtics pendant les 7 premières minutes. Les Celtics se montrent très agressifs et efficaces au rebond offensif, avec 10 points sur seconde chance dans les 8 premières minutes. Les Celtics essayent de servir Al Horford au poste autant que possible, que ce soit sur Giannis pour le fatiguer et si possible lui faire commettre des fautes, ou sur Jabari Parker, qui n’a tout simplement pas les qualités défensives nécessaires pour contenir Papa Sportif. 1er quart-temps de grande qualité des Celtics qui appliquent à la perfection les consignes de Stevens, à savoir limiter au maximum les pertes de balles et ainsi le jeu en transition des Bucks. A l’inverse, les Bucks ont perdu 7 ballons, et n’ont inscrit aucun panier à 3 points en 12 minutes, ce qui n’aide pas.

Comme lors du game 1, les Celtics commencent le second quart-temps avec une multitude de points offerts en transition à Giannis qui se régale. Certes, cette fois-ci, les points sur contre-attaque sont davantage dus à des tirs ratés et à un mauvais replacement qu’à des turnovers bêtes, mais le résultat est le même. Cependant, Boston continue sa moisson au rebond offensif, ce qui permet de limiter la casse sur transition. Antetokounmpo et Papa Sportif nous offrent un mano a mano formidable des deux côtés du terrain. Marcus Morris prend feu avec 2 tirs consécutifs à 3 points.

A la mi-temps, les Bucks shootent à 64%, mais ont inscrit seulement 2 paniers à 3 pts, et déplorent 10 pertes de balle, contre seulement 2 (!) pour les Celtics. 18 points sur seconde chance à 2 ! Brown et Rozier portent les Celics au scoring pour l’instant, avec respectivement 16 et 14 points, alors que Tatum est en difficulté, avec un zéro pointé en 6 tentatives. Boston mène de 9 points à la mi-temps (60-51), et va dérouler en 2e mi-temps, le score ne repassant presque jamais sous la barre des 10 points. Jaylen continue son festival, bien suppléé par Morris et Rozier qui prennent feu successivement. Larkin fait chavirer la foule avec un 3 points au buzzer de la fin du 3e quart-temps. Brad Stevens fait tourner dans les dernières minutes, et les Celtics concluent cette prestation très aboutie sur le score de 120-106.

Actions du match :

Comment enflammer le Garden, leçon n°1. Pauvre Godzeller, qui ne mérite pas pareil traitement.

Comment enflammer le Garden, leçon n°2.

https://twitter.com/celtics/status/986423379807932418

Points à retenir :

  • Les ajustements de Brad Stevens : Les Bucks cherchant systématiquement le switch pour faire défendre Baynes sur Antetokounmpo, qui en profite pour scorer 9 points en seulement 3 minutes, Brad Stevens a très vite décidé de remplacer le pivot par Yabusele, qui n’avait pas foulé le parquet lors du game 1, ce qui s’est avéré plutôt payant. A plusieurs reprises au cours du match, quand les Bucks alignaient un cinq small ball, Stevens répondait avec un cinq big, estimant que Monroe serait en mesure de poster n’importe quel membre de la line-up des Bucks. Si Giannis s’occupait de Monroe, alors c’était au tour d’Horford de poster son défenseur, incapable de le contenir de par le déficit de taille. En défense, la polyvalence de Horford et sa capacité à défendre sur presque tous les postes donne aux Celtics une grande flexibilité.

 

  • La répartition du scoring : Les Celtics s’en remettent au collectif pour pallier l’absence de Kyrie. Et après les deux premiers matches de la série, on peut dire que l’ensemble des principales menaces offensives répondent. Lors du game 1, cinq joueurs (Horford, Rozier, Morris, Brown, Tatum) ont inscrit plus de 19 points. Ce soir, 6 ont dépassé la barre des 10 points, et 4 en ont marqué au moins 16 (Brown, Rozier, Morris, Horford). Tatum a en revanche été plus discret en attaque (mais a été très précieux en défense), mais c’est bien ce qui fait la force de ces Celtics : ils peuvent compter sur 4-5 joueurs pour dépasser la barre des points, et si l’un d’entre eux est dans un bon jour, il pourra même aller bien au-delà. C’était le cas de Jaylen ce soir, cela pourra être le tour de Tatum ou Morris vendredi.

 

  • L’apport du banc : Morris, Monroe et Larkin ont tous été précieux en sortie de banc. A eux trois, ils inscrivent 45 pts à 16-26 aux tirs. Monroe, malade depuis quelques jours, ce qui explique sans doute ses difficultés lors du game 1, a rendu une très belle copie ce soir. Les Bucks ont eu peine à le contenir au poste, et a fait de son mieux pour apporter sa pierre à l’édifice en défense, là où le bât blesse habituellement. Le rôle de 6e homme scoreur sied à merveille à Morris, qui est également en train de devenir une des coqueluches du TD Garden, toujours prêt à l’acclamer à chacune de ses escarmouches avec les adversaires, en l’occurrence Middleton ce soir. Enfin, Larkin est toujours une boule d’énergie en défense, et a également brillé de l’autre côté du terrain ce soir, contrairement au game 1. Grâce à leur apport, les remplaçants celtes ont outscoré le banc de Milwaukee 41-25 ce soir.

 

  • Le jeu en transition des Bucks : Brad Stevens le martèle depuis le début, l’une des clés de cette série pour les C’s est de réussir à limiter le jeu en transition des Bucks. Cela implique de limiter autant que possible les pertes de balles. C’est notamment la principale cause du trou d’air énorme des Celtics lors du 2e quart-temps du game 1 (avec un run de 24-4 en faveur de Milaukee). Mission réussie avec brio ce soir, avec seulement 5 turnovers à déplorer, contre 15 pour les Bucks. Autre moyen de limiter les contre-attaques adverses : les rebonds offensifs. Encore un franc succès pour Boston : 9 rebonds pour un total de 20 points sur seconde chance, ce qui porte leur avantage à 42-13 dans ce domaine sur deux matches, ce qui est considérable.

Rendez-vous vendredi à 3h30 heure française pour voir si les Celtics vont confirmer toutes ces belles promesses lors du game 3.

Article rédigé par Guillaume Perrin

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *