Bilan du premier tour des playoffs : à l’arrache (4-3)

Entre des Celtics diminués et des Bucks laborieux, la série a souvent été disgracieuse mais assez serrée pour maintenir l’intérêt. L’avantage du terrain a fini par être décisif pour les Celtics qui s’en sortent en 7 matchs.

Les matchs :

Pour avoir accès aux boxscores, cliquez sur les images présentant l’évolution de l’écart au score.

 Boston Celtics 113 – 107 Milwaukee Bucks

À retenir : La série démarre sur les chapeaux de roue, les deux équipes s’échangent des runs et les Celtics croient bien décrocher la victoire grâce à un Terry Rozier plus que clutch mais Middleton rentre un trois points avec moins d’une seconde à jouer. Heureusement Boston contrôle bien la prolongation et s’offre le premier match.

 Boston Celtics 120 – 106 Milwaukee Bucks

À retenir : Tout se passe bien dans ce match 2 pour les Celtics, Brown livre un récital, le banc fonctionne bien et les joueurs de Stevens s’offrent une victoire facile pour mener 2-0 sur la série. Résumé et analyses disponible ici.

 Milwaukee Bucks 116 – 92 Boston Celtics

À retenir : Première occasion de prendre un match sur le terrain des Bucks, malheureusement les Celtics n’y croiront pas longtemps, plombés dès l’entame de match ils n’arriveront jamais vraiment à revenir

 Milwaukee Bucks 104 – 102 Boston Celtics

À retenir : Les Celtics se prennent encore un éclat en première mi-temps, mais cette fois ils arrivent à revenir pour s’offrir une fin de match serrée. Malheureusement celle-ci n’est pas très bien gérée et sur un in-and-out de Morris les Bucks égalisent à 2-2

 Boston Celtics 92 – 87 Milwaukee Bucks

À retenir : Retour à Boston pour un match plus défensif et disputé. Aucune performance offensive remarquable mais un Antetokoumnpo bien limité grâce à l’introduction d’Ojeleye dans le cinq et Boston s’offre deux matchs pour conclure la série. Résumé et analyses disponible ici.

 Milwaukee Bucks 97 – 86 Boston Celtics

À retenir : Première chance gâchée par des Celtics incapable de quoi que ce soit en attaque et laissant les Bucks inscrire beaucoup trop de points en contre attaque, il faudra donc conclure à la maison.

 Boston Celtics 112 – 96 Milwaukee Bucks

À retenir : Comme la saison passée face aux Wizards, les Celtics gèrent parfaitement ce match 7 et s’imposent sans trembler malgré la jeunesse de l’effectif et malgré la blessure de Brown, absent toute la seconde mi-temps.


L’adresse des Bucks :

Milwaukee finit la série à 50% au tir dont 37,2% à trois points, ce qui en fait la deuxième équipe la plus adroite de ce premier tour de playoffs. Le grand artisan de cette réussite est évidemment Khris Middleton qui a tourné sur la série à un hallucinant 60% de réussite dont 61% (!) à trois-points et pas uniquement sur des tirs faciles, loin de là. Pour contrer ça les Celtics n’avaient pas le choix, il fallait prendre plus de tirs que leurs adversaires. Pour ça une arme principale, le rebond offensif, même si le phénomène s’est estompé au fil des matchs Boston termine la série avec 10,7 prises par match contre 5,6 pour les Bucks. Au final ils ont tentés 83,6 tirs par match contre 78,3 pour leurs adversaires et ils en avaient bien besoin.

Ojeleye, facteur X :

Après deux défaites consécutives à Milwaukee, Stevens a décidé de réagir en changeant le cinq de départ et en y insérant Ojeleye, rookie choisi à la 37ème place et qui n’avait jamais démarré un match de sa carrière avant ça. Semi avait un objectif et un seul, essayer de limiter l’impact offensif de Giannis et on peut dire qu’il l’a réussi avec brio. Sur les 6 matchs qu’il a joué il a défendu 23,7 possessions par match sur Giannis, ce qui en fait le principal défenseur du grec juste devant Horford (23). Sur ces possessions Giannis a tiré à 51,5% de réussite contre 57% sur la série. Mais surtout, sur ces 23,7 possessions par match contre Semi, Giannis n’a tenté que 5,5 tirs. On a très souvent vu l’ailier des Bucks essayer de bouger Ojeleye pour se heurter à un mur et se retrouver finalement bloqué dans la raquette, obligé de ressortir difficilement le ballon. Vu son adresse et sa domination physique c’est presque la seule stratégie viable contre Giannis, l’empêcher de s’approcher du panier et l’obliger à lâcher la balle.

La suite :

Pas le temps de savourer, les Sixers arrivent déjà et ça ne va pas être la même limonade. Philadelphie n’est pas loin d’être la meilleur équipe de la ligue en 2018 et ils se sont débarrassés du Heat en cinq matchs au premier tour, même si les rencontres ont été assez disputés. Les Celtics ont déjà eu des ennuis face à la défense pourtant assez approximative des Bucks, ils risquent d’être très en difficulté fasse à celle, excellente, des Sixers. Sans excellent créateur et avec les lacunes de Rozier sur pick and roll il va falloir faire preuve d’une inventivité et d’un jeu collectif irréprochable pour la prendre en défaut. Deux choses peuvent donner de l’espoir, le retour de Smart qui a une très bonne relation avec Horford sur pick and roll et la tendance aux pertes de balle des Sixers qui pourraient donner des points faciles en contre attaque aux Celtics.

Quelques remarques :

  • Papa Sportif : On ne va pas s’étendre sur le cas Horford car ses performances ont parlé et qu’il est inutile d’en rajouter. Meilleur marqueur de l’équipe avec 18,1 points (59% au tir, 44% à trois-points), meilleur rebondeur avec 8,7 prises, troisième meilleur passeur, meilleur contreur, patron de la défense… En l’absence d’Irving et Hayward il a mis tout le monde sur ses épaules pour les amener directement au second tour des playoffs.
  • Terryfiant : On a mis Semi en facteur X mais Rozier est l’exemple parfait du joueur très bon dans les victoires et mauvais dans les défaites. 50% au tir, 50% à trois points, 1 perte de balle contre 27,8%, 25,9% et 2,3 pertes de balle. On espère qu’il arrivera à être plus régulier, surtout à l’extérieur.

 

L’action de la série :

Match 7, fin du troisième quart-temps, les Celtics ont l’avantage, c’est le moment d’enfoncer le clou pour s’offrir une fin de match tranquille. Tatum, tranquille, écrase un gros contre sur Muhammad, part en contre-attaque, demande la balle, envoie Giannis aux fraises d’une feinte de passe et enquille tranquillement un 3 points. Une action qui vaut 5 points pour Taco Jay.

Le programme du second tour : 

vs Philadelphia 76ers Sixers2 lundi 30 avril à 20h (02h)

vs Philadelphia 76ers Sixers2 jeudi 3 mai à 20h30 (02h30)

@ Philadelphia 76ers Sixers2 samedi 5 mai, horaire à déterminer

@ Philadelphia 76ers Sixers2 lundi 7 mai, horaire à déterminer

Article rédigé par Guillaume Perrin et Hugo Geindre

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *