Bilan des finales de conférence : à un cheveu (3-4)

Série disputée entre deux équipes que tout oppose à l’exception de leurs parcours respectifs en playoffs : les deux sont en effet sorties victorieuses de leur premier tour en sept matchs avant de disposer facilement de leur adversaire du second tour pourtant plus dangereux a priori.

Les matchs :

Pour avoir accès aux boxscores, cliquez sur les images présentant l’évolution de l’écart au score.

 Boston Celtics 108 – 83 Cleveland Cavaliers 

À retenir : LeBron James et ses coéquipiers débarquent à Boston en pleine confiance après avoir sweepé les Raptors. Mais les Celtics ne sont pas les Raptors et prennent leurs adversaires à la gorge dès le premier quart-temps. Ils ne les lâcheront plus jusqu’à la fin du match pour s’offrir une victoire écrasante grâce à une prestation dominante des deux côtés du parquet.

 Boston Celtics 107 – 94 Cleveland Cavaliers 

À retenir : La réaction de Cleveland est attendue pour ce match 2 et elle ne se fait pas attendre avec un énorme premier quart-temps de James. Mais les Celtics ne paniquent pas, sûrs de leur force ils restent à portée de tir et prennent inéluctablement le dessus en seconde mi-temps pour s’offrir une deuxième victoire confortable.

 Cleveland Cavaliers 116 – 86 Boston Celtics

À retenir : Toujours aussi peu à l’aise à l’extérieur, les Celtics se font distancer dès le premier quart-temps et ne donnent jamais l’impression de pouvoir revenir dans le match. Un blowout complet de 30 points.

 Cleveland Cavaliers 111 – 102 Boston Celtics

À retenir : Encore un très mauvais premier quart-temps de la part des Celtics, qui remportent pourtant les trois suivants. Mais un LeBron à nouveau stratosphérique s’assure que l’écart ne redescende jamais sous la barre des sept points.

 Boston Celtics 96 – 83 Cleveland Cavaliers 

À retenir : Les Celtics retrouvent leurs fondamentaux défensifs et annihilent totalement l’attaque des Cavaliers, qui ne dépassent jamais la barre des 23 points par quart-temps. Jayson Tatum, au four et au moulin des deux côtés du terrain, est le grand artisan de cette victoire.

 Cleveland Cavaliers 109 – 99 Boston Celtics

À retenir : Cette fois-ci, les Celtics ont le mérite de débuter pied au plancher un match à l’extérieur, portés par un Jaylen Brown sur un nuage, avec 15 points dans le premier quart-temps. Malgré la blessure rapide de Kevin Love, les Cavs vont vite reprendre le dessus avant la mi-temps pour s’envoler et ne jamais laisser la chance à Boston de croire à une potentielle victoire, synonyme de qualification pour les Finals.

 Boston Celtics 79 – 87 Cleveland Cavaliers 

À retenir : Les Celtics réalisent un début de match idéal et sortent les barbelés. Mais ils ne parviennent pas à capitaliser sur leur très bonne défense pour s’envoler au score. Ils alternent les mauvais choix offensivement et ne marquent pas le moindre point pendant 5 minutes (!) au beau milieu du 2e quart-temps, ce qui maintient les Cavs en vie. Boston revient tambour battant des vestiaires, mais va progressivement céder face aux coups de boutoir de Lebron, notamment à cause d’une énorme désillusion au shoot de Brown et Rozier (3/22 à 3 points à eux deux). Cleveland peut savourer pendant les deux dernières minutes. Le conte de fée se termine de manière cruelle pour les C’s.


Tatum mon amour

Malgré le splendide parcours de cette équipe, il y a de quoi être déçu pour les fans des Celtics. Passer aussi près des finales NBA, si près d’envoyer enfin James en vacances… et finalement se retrouver en vacances après la première défaite des playoffs à domicile, principalement pour une histoire d’adresse, c’est dur à encaisser. Mais ces zones d’ombres sont bien vite dissipées par un astre brûlant de mille feux sur la saison des Celtics et particulièrement sur cette série.

Il nous semble l’avoir déjà dit quelques fois ici, Tatum fait une saison rookie extraordinaire. Il explose ou tutoie beaucoup de records pour un rookie ou un joueur de 20 ans ou moins. Mais inutile de sortir encore des montagnes de chiffres toujours très dépendants des contextes ; contentons-nous d’admirer un instant le fait que Jayson soit la première option offensive et l’un des deux meilleurs joueurs d’une équipe qui est passée à un match des Finales NBA. Il a joué yeux dans les yeux avec LeBron James et il s’est même permis de lui écraser un gros dunk sur la tête avant d’aller le bumper (voir l’action de la série). En Finales de Conférence. Durant sa saison de rookie. À 20 19 ans et 14 mois à peine.

Ce gamin est un joyau et la perspective de le voir sous le maillot des Celtics durant moult saisons devrait suffire à effacer toute peine du cœur des fans. Alors levez la tête et souriez, le visage inondé par la lumière de l’astre qu’on appelle désormais Taco Jay.

Quelques remarques :

  • Ce Game 7 ne s’est pas décidé à grand-chose, mais si l’on retiendra surtout la maladresse des Celtics à 3P, nous ne pouvons absolument pas en vouloir à Brown ou encore Rozier : si tout s’était déroulé comme prévu en début de saison, ils n’auraient jamais eu à prendre autant de tirs. Qu’ils nous aient portés jusque-là est déjà une immense victoire pour tout le monde et les deux ne méritent rien d’autre que nos félicitations.
  • Vous étiez nombreux à croire aux Finales de Conférence avant les playoffs. Au sein de la rédaction, on était moins nombreux et mal nous en a pris car l’équipe est finalement passée à trois fois rien d’accéder aux Finales. Cette campagne aurait pu mieux se terminer mais elle ne fait que rajouter à la joie que de voir évoluer ce groupe nous aura procuré – malgré tous les coups durs.
  • Ce qu’a réussi ce groupe, contre toute attente ou presque, vient d’améliorer significativement le potentiel à court terme de l’équipe et donc d’élargir sa fenêtre de tir pour un titre.

L’action de la série :

Sky is the limit pour Bébé Tatum.

Le programme de l’été : 

• l’équipe va inaugurer son nouveau centre d’entraînement le 19 juin, construit juste à côté du siège de New Balance qui sponsorisera ledit centre. L’ensemble de 6500 m² s’appellera le Red Auerbach Center at New Balance World Headquarters, ou Red’s House.

• la draft se déroulera le 21 juin 2018 aux USA, soit dans la nuit du jeudi au vendredi 22 en France. Les Celtics possèdent le 27e pick du premier tour, et pas de choix au second.

• la free agency débutera le 1er juillet. Les Celtics ne devraient pas en être des acteurs majeurs compte tenu de leur situation financière, mais devraient disposer de quelques exceptions pour leur recrutement.

• les Summer Leagues débuteront le 6 juillet. Il a déjà été annoncé que Jayson Tatum n’y prendrait pas part.

• le training camp se tiendra a priori fin septembre avec le traditionnel media day lors du premier jour.

Article rédigé par Hugo Geindre, Guillaume Perrin et Léo Hurlin.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *