Robert Williams présenté à la presse de Boston

Ce vendredi, Robert Williams a été présenté aux médias de Boston lors d’une conférence de presse au nouveau centre d’entraînement des Celtics.

On a tout de suite pu voir que la nouvelle recrue des Celtics allait reprendre le numéro 44 qu’il portait à l’université de Texas A&M, et qui a notamment été porté à Boston historiquement par Danny Ainge et plus récemment par Brian Scalabrine ou encore Tyler Zeller.

À ce sujet, Ainge n’a d’ailleurs pas manqué d’envoyer une petite pique au White Mamba :

« Si on a autorisé Scalabrine à reprendre mon numéro, on peut le permettre à n’importe qui. »

En ce qui concerne Williams, ce dernier a très vite évoqué sa chute à la draft, lui qui était en effet annoncé par certaines mock drafts dans la lottery.

« Ma mère me dit toujours que rien n’arrive sans raison, a-t-il commencé par dire. J’ai atterri dans une très très bonne situation. À Boston, on aime les gros bosseurs, ceux qui donnent tout ce qu’ils ont aux fans et à l’équipe. »

Une des raisons de cette chute pourrait peut-être pourtant être attribuée à son éthique de travail. À ce sujet, pendant que Danny Ainge intervenait pour rappeler qu’on ne gagne pas de titres de défenseur de l’année sans avoir la gnac, Williams a répondu ceci :

« Les gens doutent de mon moteur, mais je bosse dur et je sais que c’est quelque chose dont je suis capable. Quand je vois les valeurs de cette franchise, ça me donne encore plus envie que tout cela commence. »

Ensuite, Williams a indiqué que certaines de ses décisions d’avant draft comme celle de ne pas prendre part au Draft Combine étaient le fruit de mauvais conseils et que c’est pour cela qu’il a changé d’agent. Il a ensuite admis qu’il ne referait pas les mêmes erreurs mais s’est dit tout de même satisfait d’avoir pu rejoindre les Celtics ainsi.

Ainge a en tout cas fait écho à un sentiment qu’il avait déjà exprimé au sujet de sa dernière sélection à la draft :

« Nous pensons avoir l’environnement adapté pour lui permettre de s’épanouir. »

Du côté du parquet, on notera que Brad Stevens a mentionné Williams comme un « forward« , c’est-à-dire un ailier. C’est peut-être un manque de précision, car Williams est listé à 2m08 et pourrait donc être « power forward« , soit ailier fort, mais c’est tout de même à noter car le coach des Celtics avait plusieurs fois fait part de sa conception des différents postes comme suit : ball-handlers (arrières) forwards et bigs (intérieurs).

Au sujet des mensurations du joueur justement, il y avait quelques incertitudes liées au fait que Williams avait choisi de ne pas prendre part au Draft Combine. On a appris aujourd’hui que l’équipe avait mesuré son envergure à 2m31.

Enfin, Stevens nous a fait savoir que Williams n’avait pas cessé de faire des entraînements depuis son arrivée à Boston, dont encore un à 6h30 ce matin, avant la conférence de presse qui était prévue à 10h du matin heure locale.

C’est donc une conférence de presse des plus classiques qui s’est déroulée aujourd’hui, mais avec tout de même une vraie lucidité vis-à-vis des points d’interrogation autour de la motivation du joueur, qui sera l’une des clés de son développement et de sa réussite en NBA.

Article rédigé par Léo Hurlin

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *