Victoire solide des Celtics face à Orlando (9-14)

Tout juste sortis de leur série de défaites grâce à une victoire poussive sur les Sixers, les Celtics retrouvent le chemin de la maison pour y affronter le Magic d’Orlando au TD Garden ce mercredi 17 décembre, avec l’envie et le besoin de démarrer une série de victoire. Cette saison, Orlando est une équipe irrégulière et imprévisible, tout comme Boston, c’est-à-dire capable de battre et de perdre face à la plupart des équipes en NBA.

Autre point, cette année le Magic voyage plutôt bien puisqu’il affiche un bilan correct de sept victoires pour pour onze défaites lorsqu’il est sur la route, et présente également un bilan positif de huit victoires pour trois défaites lorsqu’il affronte des équipes aux bilans négatifs, ce qui est le cas pour les Celtics. Prudence donc.

Côtés absents seul Aaron Gordon manque à l’appel pour Orlando. En revanche, l’infirmerie des Celtics est bien plus fournie puisque ce sont Marcus Smart, James Young, Marcus Thornton et Vitor Faverani qui ne seront pas sur le parquet pour accueillir la franchise floridienne.

Les clés du match

Etre concentrés et impliqués dès l’entame du match. Sans ça les Celtics prendront le risque de se faire surprendre comme ce fût le cas à Philadelphie lundi dernier. Cette fois, revenir serait bien plus difficile tant l’adversaire est différent et plus dangereux. Autre point important, il faudra faire grande attention à Nikola Vucevic qui se révèle match après match comme étant l’un des pivots les plus efficaces de la ligue au scoring, mais surtout au rebond. Réussir à maîtriser le garçon et limiter son apport au rebond permettra à Boston de ne pas se faire malmener pendant 48 minutes.

Dans le cas d’un mauvais match de la part des hommes de Jacque Vaughn, ceux de Brad Stevens devront tout faire pour mettre la main sur ce match rapidement afin de ne pas se mettre au niveau de l’adversaire, comme il est coutume de faire ces derniers temps.

Premier quart-temps :

Vucevic. Zeller. Vucevic. Zeller. Vucevic. C’est de cette manière que commence le match. Tyler Zeller et Nikola Vucevic se rendent coup pour coup et lancent leurs équipes respectives dans un match qui s’annonce plaisant au premier abord. Comme prévu, l’intérieur d’Orlando réalise un véritable chantier dans la raquette puisqu’il est l’auteur des six premiers points de son équipe.

Les Celtics sont appliqués dans ce début de match, ce qui est une excellente chose. Mieux que ça, ils shootent plutôt très bien et son agressifs vers le panier, à l’image de Rajon Rondo qui n’hésite pas à attaquer le panier pour créer de l’espace et servir ses coéquipiers, il marque même sur un jump-shoot et comme toujours sa connexion avec Tyler Zeller est appréciable. Cependant en face, Tobias Harris démarre également son match en trombe en provoquant beaucoup de fautes sur contre attaque pour s’offrir des paniers faciles tandis que Vucevic continue de martyriser nos intérieurs. Ce premier quart-temps est agréable à regarder puisque les deux équipes se tiennent dans un mouchoir de poche.

Agressifs et adroits (70% au shoot sur le quart-temps), les Celtics sont cependant trop attentistes en défense et perdent beaucoup de ballons, d’où le faible écart au tableau d’affichage mais ils virent quand même en tête à la fin du quart-temps après deux lancers-francs provoqués et rentrés par Evan Turner. 29-28 Boston.

Deuxième quart-temps :

En début de deuxième quart-temps, l’excellente adresse des hommes de Brad Stevens a pris un coup dans l’aile et la défense n’est toujours pas présente. Résultat ? Le rythme s’accélère, les tirs pris par Boston sont moins bons et le Magic s’offre un premier écart en menant de huit points, ce qui oblige Brad Stevens à prendre un temps-mort rapidement dans ce deuxième acte. Seul Evan Turner, comme souvent cette saison, semble encore dans le coup. Les Celtics encaissent beaucoup trop de points de points faciles et le pourcentage au tir s’est inversé puisque dans ce deuxième quart-temps, Boston ne shoot qu’à 30% contre 70 pour Orlando.

Les hommes de Jacque Vaughn prendront jusqu’à dix points d’avance, l’inquiétude commence à se faire sentir, mais par le retour de Rajon Rondo sur le parquet et un tir primé de loin de Kelly Olynyk, les Celtics stoppent l’hémorragie et se reprennent dans le sillage du Canadien qui ramène les siens dans le droit chemin pas moins de 10 points à 4/5 (dont 2/3 derrière l’arc). Peu à peu, Boston revient de le match et efface son léger retard. Rajon Rondo distribue les caviars (8 passes décisives pour lui à la mi-temps !), la défense montre enfin le bout de son nez forçant les pertes de balles adverses et Boston est dans un run de 13-4.

En fin de quart-temps, les verts reprennent même l’avantage suite à un tir à trois points de Jeff Green, puis un autre de.. Rajon Rondo ! Excellente fin de quart-temps qui place les Celtics dans une bonne dynamique pour rejoindre les vestiaires. 56-53 Boston.

Troisième quart-temps :

Un gros dunk de Nikola Vucevic lance le troisième quart-temps. C’est reparti. Les Celtics continuent sur les mêmes bases en étant appliqués en attaque derrière un excellent Rajon Rondo qui se montre à nouveau agressif vers le cercle et qui n’hésite pas à prendre sa chance. Tout le monde semble en rythme mais plusieurs fautes évitables gardent le Magic au contact.

Jeff Green est lui aussi très bien dans ce troisième quart-temps, à l’image de plusieurs actions où il s’est montré agressif vers le panier en provoquant plusieurs fautes. Cependant, Orlando joue mieux et garde Boston en ligne de mire notamment grâce à Nikola Vucevic qui réalise un très gros match même si il est mieux défendu depuis le retour des vestiaires. Kelly Olynyk, lui, continue sur sa lancée et affiche une envie et une implication très importante après sa grosse performance face aux Sixers. De même pour Jeff Green qui n’hésite pas à aller au contact pour provoquer des fautes ou marquer près du cercle, à l’image de cette jolie finition.

Les Celtics gardent leur avance tout au long du troisième quart-temps sans toutefois parvenir à la faire croître, la faute d’une défense trop laxiste qui offre beaucoup de paniers faciles à Evan Fournier et ses coéquipiers. Boston termine donc le quart-temps avec une avance de cinq points suite à deux lancers obtenus par Phil Pressey. 78-73 Celtics.

Quatrième quart-temps :

Le quatrième quart-temps n’est pas la grande spécialité des Celtics cette saison et pourtant. Les hommes de Brad Stevens commencent très bien ce dernier acte avec un dunk de Brandon Bass et un énorme poster de Kelly Olynyk avec la faute pour prendre neuf points d’avance.

Nikola Vucevic et Tobias Harris sont mieux défendus et l’avance des Celtics augmente enfin, et ce grâce à un bon apport du banc. En effet Kelly Olynyk, Brandon Bass et Evan Turner guident parfaitement les leurs, bien aidés par Phil Pressey et l’écart passe rapidement à plus de dix points en faveur des locaux. Temps-mort Orlando.

Malgré une petite frayeur suite à un panier de Tobias Harris qui ramène le Magic à sept points, Boston continue sur sa lancée et ne flanche pas. Brandon Bass est exceptionnel et réussi presque tout ce qu’il entreprend, de même pour Kelly Olynyk. C’est à ce moment que Brad Stevens décide de faire re-rentrer Rajon Rondo sur le parquet, ainsi qu’Avery Bradley, le tout sans sortir Phil Pressey. Il opte donc pour un small-ball déjà entrevu cette saison (avec Marcus Smart) et ça paye. Les Celtics accélèrent le jeu et les hommes de Jacque Vaughn ne reviendront plus. L’écart est fait. Tout le quatrième quart-temps aura été parfaitement contrôlé afin de sceller une deuxième victoire de rang, cette fois avec la manière sur le score de 109 à 92.

En conclusion :

Contrairement à lundi, c’est un match plein que nous ont offert les Celtics face à Orlando. Concentrés du début à la fin, ils ont su revenir lorsque leurs adversaires ont pris les devants, et mieux que ça, ils ont su conserver leur avance dans les moments importants de ce match, ce qui n’était pas coutume de voir en temps normal.

Autre point très positif : Rajon Rondo. Le capitaine des Celtics a été excellent ce soir en prenant ses responsabilités offensivement. Il termine la rencontre avec 13 points à 6/12, 15 passes décisives et 7 rebonds. Il n’a pas hésité a se montrer agressif, ce qui a lui a permis de d’avoir de meilleures ouvertures pour servir ses coéquipiers qui ont été plutôt adroits puisque Boston termine avec un pourcentage au shoot de 55% dont 36% de loin. On l’a déjà dit, mais lorsque Rajon Rondo est bon, tout le monde s’y retrouve et les Celtics proposent un basket plus efficace, la preuve encore cette fois.

Le banc aura une nouvelle fois fait belle figure derrière Evan Turner, Kelly Olynyk et Brandon Bass. Le premier n’a rien forcé et a laissé le jeu venir à lui malgré quelques pertes de balles évitables. Le second a continué sur sa lancée du dernier match puisqu’il termine avec 15 points à 6-8 dont 3-5 de loin. Et enfin le dernier était dans un excellent jour puisqu’il meilleur marqueur de la rencontre avec 18 points. Jeff Green et Jared Sullinger auront eux-aussi été bons ce soir puisqu’ils terminent tous les deux avec 16 points. Avery Bradley a une nouvelle fois eu des problèmes au tir mais il n’a pas forcé puisqu’il n’a pris que six tirs (2/6 et 0-1 de loin). Le seul bémol que l’on peut retirer de ce match est la défense souvent trop passive, mais c’est à l’image ce que nous offrent les Celtics depuis le début de la saison.

Nous demandions confirmation après la victoire poussive contre Philadelphie, c’est chose faite et avec la manière. Boston enchaine une deuxième victoire de suite, l’une des meilleures de la saison avec un collectif complet, et emmagasine de la confiance avant de recevoir Andrew Wiggins et les Timberwolves, ce vendredi au TD Garden. Bilan de 9-14.

Le boxscore final :

Capture d’écran 2014-12-18 à 07.28.14

 

Article rédigé par Joévin Heno

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *