Les Celtics sur une bonne série en quête de playoffs

Il y a deux semaines, Avery Bradley s’assit vers la ligne de fond du Quicken Loans Arena, s’échauffant avec son équipe à Cleveland. Alors que l’arrière lassait ses chaussures, il partagea son rêve de retourner en playoffs et explique ce que cela peut signifier pour les Celtics.

« J’ai l’impression que cette expérience peut beaucoup nous aider »

Encore récemment, on pouvait trouver un certain nombre de fans de Boston qui ne voulait pas encourager Avery et les siens, espérant que les Celtics se retrouvent en fin de saison avec un solide choix de loterie. Mais maintenant, avec toutes ces récentes performances, de plus en plus de fans comptent bien que Bradley ait son vœux finalement exaucé.

Depuis le 2 février, les Celtics ont un bilan de 13-6 avec cette nouvelle habitude de se sortir des matchs serrés dans les dernières minutes. Il y a plusieurs raisons qui ont fait que les Celtics ont évolué récemment:

– Laisser Jae Crowder s’exprimer tel un poste 3 small ball.
– L’ajout d’Isaiah Thomas les a hissés à un autre niveau.
– Persévérer sans Thomas a rendu les espoirs de playoffs réalistes.

« Sans nous comparer à Atlanta ou quoi que ce soit, mais je suis presque sûr que grâce à leur chance de jouer les playoffs l’année dernière, ça les a aidés d’être capable de se voir où ils sont aujourd’hui » déclare Bradley. « Ils ont quasiment la même équipe qu’en playoffs l’année dernière, et c’est comme si tout leur réussit depuis le début de la saison »

Les Celtics ne sont pas les Hawks. Du moins, sûrement pas cette saison. Ils ont transféré Rajon Rondo et Jeff Green, ils ont perdu Jared Sullinger pour le reste de la saison, et ils ont dû se charger de plusieurs autres blessures régulières. Ils ont donc géré un effectif qui n’a arrêté de changer que récemment. Malgré tout, ils se sont tenus à faire grandir l’équipe.

 « Il n’y a pas eu un seul moment dans l’année où les fans ont pu penser qu’on ne jouait pas à fond » exprime Bradley. « Nous sommes une jeune équipe. Enfin, nous étions, désormais on grandit et devient mature plus l’année avance. Nous sommes toujours jeunes mais on apprend comment jouer entre nous, et ça rend les choses plus faciles »

« La deuxième moitié de la saison, c’est presque un nouveau départ. Je trouve que nous avons réussit à créer une nouvelle identité à notre équipe. On gagne de la fierté en étant une équipe plus forte, en étant capable de réaliser des comebacks, mais aussi en répondant correctement après une dure défaite. C’est ainsi que nous devenons si fiers. »

Les Celtics ne jouent pas un basket parfait, mais ils s’améliorent, en se donnant la chance de gagner, et en capitalisant leurs chances. S’ils atteignent les playoffs, personne n’en aura peur. Pourtant, aucune équipe ne devrait être impatient de le jouer non plus. Chaque soirs, les adversaires commencent à donner de plus en plus de crédit à l’équipe de Brad Stevens.

« C’est une équipe difficile à défendre. Ils étendent les joueurs sur tout le terrain. C’était un match difficile pour nous, on ne pouvait pas choper un bon rythme. Boston est une jeune équipe. Les transferts qu’ils ont réalisé les ont renforcés. » expliquent David West en s’adressant à un journaliste samedi, après que les Celtics mettent fin à leur serie de sept victoires.

En laissant filer un paquet de matchs serrés plus tôt dans la saison, ils se sont mis dans une mauvais position pour la course aux playoffs. Pourtant, grâce à une série de victoire : quatre d’affilés, [ndlr: cinq avec la victoire contre les Sixers], le débat à propos du sort de cette équipe a radicalement changé.

Même Mike Gorman, commentateur des matchs des Celtics sur CSNE, exprime sa confiance dans ce groupe :

« Les playoffs sont une grosse motivation pour moi. Je trouve que ça devrait être l’objectif de tout le monde, de jouer à ce niveau de basket. Comme je l’ai dit à tout ceux qui n’ont jamais joué en PO: c’est à ce moment que la vraie saison commence. Tout le monde devrait vouloir y arriver pour avoir une chance de vivre ça, mais aussi d’avoir une chance de gagner le titre de champion. » rajoute Bradley.

Le titre ? Peut-être un jour, ou dans quelques années. Pour le moment, les Celtics visent quelque chose d’autre.

« Nous avons parlé des playoffs, c’est notre objectif » confie Crowder après la victoire contre Indiana. « Parce que tout le monde nous a éliminé trop tôt. Si nous gagnons, nous contrôlons notre propre destin. C’est ainsi qu’on voit les choses. On ne veut pas laisser tomber nos chances dans les mains d’une autre équipe. Si nous gagnons des matchs, tout ira bien »

On espère que la route vers les playoffs soit aussi simple.

Inspiré et traduit de l’article de Jay King, Avery Bradley: Playoff experience would help Boston Celtics ‘a lot’

4 Comments

  1. SlimM

    17 mars 2015 at 19 h 20 min

    Très bon article qui permet de comprendre beaucoup de choses du point de vue du groupe qui s'est formé à Boston cette année. Les gars se sont bien trouvés et tout le monde semble adhérer au plan de jeu de leur coacg.
    D'ailleurs, si quelques personnes critiquaient Brad Stevens en début de saison, il est clair qu'aujourd'hui il tient son effectif d'une main de maître et son plan de jeu permet à n'importe quel joueur de s'y insérer et d'y être efficace. Prenez Datome, tout le monde pensait qu'il allait être coupé à son arrivée à Boston après avoir cirer le banc de Detroit pendant plus d'un an, mais finalement Stevens lui a donné sa chance (au détriment de Young), remis en confiance et en a fait un joueur de rotation important en sortie de banc. C'est bien qu'il n'ait pas d'a priori sur ce joueur venant d'Europe et qui ne jouait pas à Detroit. Ca prouve qu'il sait comprendre les besois d'un groupe.
    J'espère (et je suis sûr) que vous écrirez quelque chose (bientôt ou à la fin de la saison) sur ce coach qui progresse de plus en plus et qui s'affirme comme une pièce majeure de la reconstruction de notre franchise préférée (autant que les joueurs).

    LET'S GO CELTICS !

    • ℳıdo.

      18 mars 2015 at 9 h 32 min

      Nous sommes bien d'accord sur le cas de Brad Stevens, ce qui n'est pas le cas de tout le monde, mais on les voit moins en ce moment 🙂

      On va essayer de faire ça, merci !

      • Len_Bias

        24 mars 2015 at 20 h 51 min

        En tout cas tres bon papier. (comme d'habitude sur ce site)
        Je rejoins Slim, sur chaque point énoncé.
        Merci messieurs.

        • ℳıdo.

          30 mars 2015 at 13 h 16 min

          Désolé du temps de réaction. Malheureusement depuis, les choses ont un peu évolué.
          Mais merci !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *