Cinq questions à : Wyc Grousbeck, propriétaire des Celtics

Wyc

Alors que les nouveaux contrats viennent d’être officialisés et que l’été semble retrouver son calme, Jeff Clark en a profité pour reprendre sa série des « High Five », soit cinq questions posées à une personnalité de la franchise. Et qui de mieux placé pour y répondre que l’homme qui signe les chèques ? Voici donc une petite session questions/réponses avec le propriétaire des Boston Celtics, Wyc Grousbeck.

1. Il y a environ un an et demi vous déclariez qu' »on pourrait bien assister à un véritable feu d’artifice » (concernant l’arrivée de joueurs, ndlr), phrase que les fans n’ont pas manqué de vous rappeler. Pour autant, vous faites également (et avec sagesse) l’apologie de la patience depuis toujours. Quel message voudriez-vous donc adresser à ceux qui s’impatienteraient légèrement d’assister à ce spectacle pyrotechnique ?

J’aime établir publiquement les objectifs de notre organisation, puis m’assurer que nous fassions tout notre possible pour qu’ils deviennent réalité. Si vos objectifs ne sont pas ambitieux, vous n’arriverez à rien. Avec les futurs choix de draft et le cap space que nous possédons, je pense qu’il est raisonnable d’espérer transformer l’équipe aussi rapidement que possible. C’est ce que nous nous sommes efforcés de faire ces dernières années. Aujourd’hui, nous avons l’impression d’améliorer l’équipe d’année en année, avec un coach jeune et un groupe de joueurs talentueux. Je suis satisfait de notre situation et j’ai l’impression que l’on progresse.

2. Vu de l’extérieur, il semble que le plan A est d’accumuler les atouts pour améliorer l’effectif via des trades, en échangeant de la quantité pour de la qualité. Mais il faut deux équipes pour monter un trade, et ce plan peut échouer pour plusieurs raisons différentes. Quels sont alors les plans B, C, D etc ?

Sans qualifier un plan par une lettre, je dirais simplement que nous nous focalisons sur le développement des talents de notre effectif. Mieux nous jouerons, plus notre franchise sera attractive pour les free agents dans le futur. Sur le papier, nous pensons réellement avoir amélioré l’équipe avec les acquisitions de cet été et nous sommes impatients de les voir sur le parquet cette saison.

3. L’augmentation fulgurante du salary cap semble avoir bouleversé le paysage de la NBA. Comment les Celtics s’adaptent à cela et anticipent les changements à venir ?

Nous sommes conscients que le cap space de nombreuses équipes va augmenter, ce qui implique que nous nous donnions les moyens pour rivaliser dans la course aux free agents. Ce que nous apprécions concernant notre fin de saison dernière, ainsi que l’image que nous dégageons à l’aube de celle à venir (touchons du bois), c’est que nous avons la réputation d’être une équipe bien coachée, altruiste, pleine d’énergie, qui joue de la « bonne façon » et devant les meilleurs fans de la ligue. Nous voulons que les free agents et les joueurs NBA en général sachent que les Celtics sont on ne peut plus sérieux quand il s’agit d’aller décrocher au plus vite cette 18ème bannière.

4. Je n’ai entendu que des louanges concernant Brad Stevens jusqu’ici, et les résultats de l’année dernière semblent au final avoir donné raison à sa réputation. Y a-t-il un type de joueur en particulier qui convient parfaitement à Brad et à ses systèmes de jeu ? Ou doit-il être assez flexible pour gagner quelle que soit l’orientation de l’effectif ?

J’ai l’impression que Brad pourrait coacher n’importe quel type de joueur, et le jeu dit de « basket moderne » a l’air de lui convenir parfaitement. J’aime la façon dont notre équipe a joué en deuxième moitié de saison dernière : avec énergie, sans égoïsme, en mettant l’accent sur la défense et sur le mouvement du ballon. Mais au final, c’est Brad et Danny qui devraient définir le genre de joueurs qu’ils veulent cibler à l’avenir.

5. Ce n’est pas un secret, Paul Pierce désire intégrer un front office une fois sa carrière de joueur derrière lui. Y a-t-il une chance qu’il rejoigne l’équipe de Danny Ainge l’année prochaine ?

Paul est sous contrat avec les Clippers et je ne peux faire de commentaire là-dessus, si ce n’est qu’il sait ce que nous pensons tous de lui pour ce qu’il a accompli à Boston, sur le parquet comme en dehors. Je repense aux retrouvailles avec lui et Kevin Garnett quand ils sont revenus en janvier 2014 au TD Garden, après leur transfert aux Nets. Leur rendre un hommage bien mérité à travers ces vidéos aura été un de mes moments préférés en tant que membre des Celtics, bien qu’il mêle forcément douceur et amertume.

Question bonus : Voudriez-vous adresser un autre messages aux fans ?

Toute l’équipe se joint à moi pour vous remercier profondément de votre soutien, dans les bons moments comme dans les plus difficiles. Cela concerne toutes les personnes qui par le passé ont fait des Celtics ce qu’ils sont, mais également nous tous aujourd’hui qui faisons tout notre possible pour que l’histoire continue. Les fans nous ont déjà prouvé leur soutien en terme de ventes de billets pour la saison prochaine, et nous ferons tout pour aligner sur le parquet une équipe passionnante que vous serez fier de regarder jouer. Et j’aimerais aussi publier ces vidéos hommages, car je pense qu’elles parlent d’elles-mêmes :

Article traduit et adapté par Jérémy Kervran, de l’article original de Jeff Clark :High five with Boston Celtics Owner Wyc Grousbeck

One Comment

  1. Greenpierce

    29 juillet 2015 at 7 h 29 min

    Super interessant. Good job, good effort les gars

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *