Semaine 9 : les Celtics retrouvent la recette de la gagne (17-13)

Capture d’écran 2015-12-27 à 16.20.53

Sur une série de trois défaites consécutives, les Celtics se devaient de retrouver le chemin du succès cette semaine, sous peine de prendre un sérieux retard sur les autres prétendants aux playoffs. Trois matchs au programme, trois matchs pour retrouver le sourire. Voyons ce que cela a donné.

Bilan comptable de la semaine : 

Pour débuter, les Celtics recevaient les Timberwolves lundi soir dans le but d’éviter une fâcheuse quatrième défaite consécutive. Malheureusement, la tâche s’annonce bien plus compliquée que prévue puisque Jared Sullinger (spasmes dorsaux) et Amir Johnson (aponévrosite plantaire), soit l’ensemble de la raquette habituellement titulaire, manquent à l’appel pour cette rencontre.

C’est donc avec une timide raquette composée de David Lee et Kelly Olynyk que les Celtics se présentaient face aux Wolves et contrairement à ce à quoi on aurait pu s’attendre, ils ont remporté une victoire convaincante stoppant ainsi la mauvaise série en cours. Avec l’aide d’une adresse redoutable à longue distance (6/7 pour débuter le match ; 12/25 au total, record de la saison), ils se sont imposés facilement 113-99 (boxscore ici), en ayant pris jusqu’à 20 points d’avance. En l’absence des deux intérieurs titulaires, toute l’équipe a su apporter sa pierre à l’édifice pour l’une des meilleures performances de l’équipe depuis quelques temps. Six joueurs ont ainsi inscrit plus de dix points dont 14 pour Tyler Zeller et 12 pour Jonas Jerebko et les Celtics ont délivré 34 passes décisives (12 pour Isaiah Thomas et 10 pour Evan Turner en sortie de banc) sur 46 paniers.

Au final, un bon match permettant de retrouver le chemin de la victoire, et qui a également permis au TD Garden de rendre un vibrant hommage à Kevin Garnett, qui se rendait probablement pour la dernière fois en tant que joueur dans cette salle…


Deux jours plus tard, déplacement périlleux pour les Celtics en visite à Charlotte, puisqu’ils affrontent des Hornets revanchards, qu’ils avaient déjà battus il y a deux semaines dans leur salle. Les Celtics pourront compter sur Jared Sullinger, revenu après avoir manqué le match précédent tandis qu’Amir Johnson reste out.

Étonnamment, c’est un match dominé de bout en bout par les Celtics auquel nous allons assister. Les Hornets, privés d’Al Jefferson, auront couru après le score pendant le match entier, sans jamais être en mesure d’inquiéter des Celtics pourtant maladroits en première période avec 11 pertes de balles notamment. Une deuxième mi-temps sérieuse et appliquée (deux pertes de balles seulement au total sur les deux derniers quart-temps) aura suffi à Boston pour s’imposer tranquillement à Charlotte en conservant un écart existant depuis le premier quart-temps. Une victoire finale 102-89 (boxscore ici) des Celtics en ayant mené pendant la totalité du match, marquée par le retour aux valeurs défensives qu’on connaissait à ce collectif et qui avaient disparu la semaine précédente. Sur le plan statistique, le cinq titulaire aura complètement dominé ce match avec quatre joueurs à plus de 17 points, et avec chacun un différentiel supérieur à +12. Tout bon pour retrouver la confiance.

Domination totale des Celtics face aux Hornets pendant 48 minutes

Domination totale des Celtics face aux Hornets pendant 48 minutes

Samedi soir, troisième match de la semaine pour les Celtics en déplacement à Detroit, l’esprit revanchard puisque ces mêmes Pistons avaient battu Boston il y a moins de deux semaines en leur inscrivant notamment 119 points sans aucune prolongation. Pour tenter d’inverser la donne, les Celtics pouvaient compter sur le retour d’Amir Johnson qui reprend directement sa place dans le cinq de départ en lieu et place de Kelly Olynyk, mais pas sur David Lee qui est out pour des problèmes au dos.

Le début de match est très poussif, et la première mi-temps ressemble à beaucoup de choses sauf à du basket. Comme la semaine dernière, les Celtics dominent en début de match mais n’arrivent pas à faire de vrai écart, en partie à cause d’un trop grand nombre de rebonds offensifs laissés aux Pistons qui n’en demandaient pas moins. Andre Drummond, contrôlé à merveille lors du dernier match, s’amuse dans la raquette Celte et maintient son équipe à flots (il finira la rencontre avec 22 points et 22 rebonds).

En deuxième mi-temps, les Celtics ont livré une prestation bien plus appliquée, notamment sur le plan défensif. Dans le troisième quart-temps, ils font un premier écart et laissent l’adversaire à 15 points inscrits. Dans le quatrième quart-temps, les Celtics maintiendront l’écart… avant de déjouer et de laisser les Pistons se rapprocher très très (trop) près à quelques secondes de la fin du match. Heureusement, plus de peur que de mal et les Celtics finiront par s’imposer 99-93 (boxscore ici) grâce notamment à un tir précieux de Jonas Jerebko dans les dernières secondes.

Trois matchs et trois victoires donc pour les Celtics cette semaine, qui ont parfaitement réagi à la mauvaise série de la semaine précédente. Dans le jeu, c’est une défense retrouvée qui a permis aux Celtics de dominer des adversaires d’un niveau similaire et de retrouver le chemin de la victoire de la meilleure des manières avant d’aborder un calendrier plus aisé dans les jours à venir.

Jae Crowder, MVP de la semaine 9 : 

Il y a quelques jours était « célébré » le premier anniversaire du transfert de Rajon Rondo à Dallas et par la même occasion, celui de l’arrivée de Jae Crowder à Boston.

Très honnêtement, jamais nous n’avons pensé que Jae Crowder aurait un jour l’impact qu’il a aujourd’hui cette équipe. Sur le mois de décembre, c’est tout simplement le meilleur joueur d’un roster qui lutte pour une place en playoffs à l’Est. Sur le mois entier (12 matchs auxquels il faudra rajouter ceux face aux Knicks et aux Lakers), Jae Crowder rend pour l’instant des moyennes de 15,9 points à 47,5% au tir et 38% à trois points, ainsi que 5,9 rebonds et 1,6 passes décisives.

Cette semaine, il a passé 34 minutes en moyenne sur le parquet pour 16 points à 52% au tir et 9,7 rebonds par match. Maladroit à longue distance (15% cette semaine), il a su attaquer le panier et passer par des tirs à mi-distance pour aller marquer ses points et peser sur le jeu de l’équipe, en témoigne sa shotchart ci-dessous.

La shotchart de Jae Crowder cette semaine

La shotchart de Jae Crowder cette semaine

Toujours aussi essentiel défensivement, il a également développé cette saison une certaine faculté à inscrire des tirs importants dans le money time, comme samedi soir à Detroit ou sur deux tirs consécutifs (dont un avec la faute), il a donné de l’air aux Celtics, leur permettant de s’imposer ensuite. Ce Crowder version 2015 – 2016 est un très grand cru, à n’en pas douter.

Les tops : 

– Kelly Olynyk : en début de saison, nous avions apprécié la prise d’initiative grandissante de Kelly Olynyk, assumant enfin son rôle dans cette équipe. Cependant, cela ne l’a pas toujours rendu efficace pour autant et il n’a pas régulièrement eu la productivité attendue.

Cette semaine, profitant des blessures de Sullinger et Lee, Kelly a démarré deux rencontres et a passé beaucoup plus de temps sur le parquet qu’à l’accoutumée – 27,7 minutes par match en moyenne contre 19,7 sur la saison. Résultat ? Deux performances plus que solides au scoring face aux Wolves et Hornets en inscrivant respectivement 20 et 19 points à 70% au tir. Surtout, on a pu noter ses progrès défensifs puisque son association avec Sullinger face aux Hornets a très bien fonctionné, malgré le manque de taille évident.

Pick-and-roll, pick-and-pop, jeu au poste… on a vu une très grande partie de la palette offensive de Kelly Olynyk cette semaine. Surtout, il a été adroit à longue distance et a retrouvé en décembre une adresse décente (55% à trois points cette semaine, 44,7% sur le mois de décembre) refaisant de lui l’une des plus grosses menaces extérieures de ce roster. Lui qui avait eu du mal à démarrer la saison sur le plan de l’adresse (35,6% à trois points en novembre) a retrouvé son bras et les Celtics auront bien besoin de ses qualités d’artilleur pour la suite de la saison.

La shotchart de Kelly Olynyk cette semaine, efficacité maximum

La shotchart de Kelly Olynyk cette semaine, efficacité maximum

– Une défense et un collectif retrouvés : la semaine dernière, nous avions laissé les Celtics sur deux piètres performances défensives, indignes de cette équipe. Cette semaine, on a simplement retrouvé des Celtics concentrés et conscients que la victoire ne peut passer par autre chose que par une grosse performance défensive. Déterminés, ils ont donc encaissé 93,7 points seulement en moyenne sur les trois rencontres et ont fini avec un defensive rating moyen de 93,6. On le dit souvent depuis le début de la saison mais cette équipe ne gagnera jamais (ou presque) des matchs d’attaque. Son principal atout est la défense et la recette de la victoire passe par là pour elle. Cette semaine, ils ont utilisé à merveille les ingrédients dont ils disposaient et ont su tirer s’imposer malgré les absents grâce à une intensité défensive retrouvée. Le jour et la nuit par rapport à la semaine dernière, chose que l’on a du mal à expliquer mais espérons simplement désormais que ces sauts de concentration tels que ceux que l’on a pu voir face aux Hawks et Pistons il y a une semaine arriveront à une fréquence plus espacée.

– Le retour de Marcus Smart : il n’a pas participé aux succès de cette semaine mais impossible de ne pas considérer le proche retour de Marcus Smart comme un top. Il n’a disputé que neuf petits matchs cette saison et on l’attend avec impatience pour compter à nouveau sur un effectif au complet. Certes, il n’aura qu’un temps de jeu limité au départ mais cela permettra au moins de soulager Avery Bradley par séquences, lui qui semble fatigué et moins adroit ces dernières semaines, cela étant sûrement en partie dû à l’effort défensif et offensif qu’il doit fournir en l’absence de son compère à l’arrière.

En réalité, il est difficile de distinguer de réels tops cette semaine puisque chaque joueur a apporté sa pierre à l’édifice lorsque l’on avait besoin de lui. Tyler Zeller face aux Wolves, David Lee en tant que starter, R.J Hunter par séquences, Evan Turner lorsque les Celtics sont dans le dur en fin de match, Amir Johnson pour son retour face aux Pistons… Brad Stevens a réellement pu compter sur tous ses joueurs disponibles cette semaine, sûrement une première depuis le début de saison. Pourvu que cet état d’esprit retrouvé dure et permette aux Celtics de s’installer définitivement dans le top 8 à l’Est.

Les flops : 

Trois victoires cette semaine, trois bonnes prestations. Pourquoi inventer des flops quand il n’y en a pas ? On aurait pu mentionner la fin de match délicate face aux Pistons, durant laquelle notre coeur a failli cesser de battre mais ça serait chipoter. On a repris du plaisir à regarder les Celtics évoluer cette semaine, après trois matchs plus que compliqués la semaine précédente et c’est là l’essentiel.

L’action de la semaine :

Kelly Olynyk a été très bon cette semaine, tout en étant spectaculaire. Preuve ici avec ce qui pourrait être le dunk de l’année côté Celtics.

La décla de la semaine : 

« Les chants pour Kevin Garnett étaient incroyables. C’est l’une des plus belles choses auxquelles on a droit lorsque l’on coache les Boston Celtics. »

Brad Stevens semble avoir apprécié l’hommage rendu par le TD Garden à la légende vivante qu’est Kevin Garnett. Un moment génial que l’on espère pas revivre de sitôt avec la dernière venue de Paul Pierce…

Au programme de cette semaine, un calendrier plus clément pour les Celtics qui accueillent dès ce dimanche soir les Knicks au TD Garden à 1h du matin, avant de recevoir Kobe Bryant et les Lakers dans la nuit de mercredi à jeudi à 1h30, puis les Nets samedi soir à 21h. Si les hommes de Brad Stevens avaient la bonne idée de s’imposer face aux Knicks, voilà l’occasion d’enchainer une bonne série et de faire une belle remontée au classement à l’Est…

Article rédigé par Baptiste Godreau

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *