Semaine 6 : le fond plutôt que la forme (12-8)

15354277_1178488028886052_348132444_o

Avec quatre matchs abordables c’est l’occasion pour les Celtics de faire le plein de victoires après un début de saison mitigé, et pourquoi pas réussir leur première semaine parfaite ?

Les matchs de la semaine :

Pour avoir accès aux boxscores, cliquez sur les images présentant l’évolution de l’écart au score.

heat Miami Heat 104 – 112 Boston Celtics celtics

screenshot-stats-nba-com-2016-11-29-14-20-00

Résumé : Les Celtics commencent la semaine en se rendant à Miami pour un match entre deux équipes diminuées. Du côté de Boston Al Horford a été autorisé à se rendre au côté de sa femme venant d’accoucher de leur deuxième enfant. En face, Justise WinslowDion Waiters et Tyler Johnson sont blessés. On ne s’attend donc pas à un match flamboyant et la première mi-temps ne nous déçoit pas sur ce point. 31 points seulement pour le Heat à 0 sur 12 à trois points avec un Whiteside qui ne semble absolument pas concerné et un Dragic très discret. Au retour des vestiaires les Celtics, auteurs jusqu’ici d’un match sérieux à défaut d’être brillant, se relâchent complètement en défense et encaissent 42 points dans le troisième quart-temps. Grâce à leur adresse ils arrivent à toujours rester à plus de dix points de leurs adversaires mais ne creusent jamais vraiment l’écart. On a ainsi le droit à une fin de match pénible avec du hack-a-Smart (ce qui ne plaît d’ailleurs pas beaucoup à Marcus), mais cela n’empêche pas Boston de s’imposer.

celtics Boston Celtics 114 – 121 Detroit Pistons pistons

pistons3011

Résumé : Boston reçoit une équipe des Pistons en difficulté à l’extérieur, et en back-to-back, pour un match largement à sa portée. Le début de la rencontre est équilibré, les deux équipes se rendent coup pour coup. Kelly Olynyk fait beaucoup de bien offensivement dans le premier quart, mais les Pistons font preuve d’une très bonne adresse, et prennent la tête rapidement. La défense celte n’est pas bien en place, et c’est avec du hack-a-Dre que se termine la première mi-temps.  A la reprise, Detroit continue sur sa lancée, et empêche un quelconque retour de Boston dans le match. On pense alors le match hors de portée. Mais le quatrième quart est l’heure du reveil pour Boston, qui le débute sur un 11-0, grâce à Crowder mais aussi à Terry Rozier, qui donne l’avantage aux Celtics. Le match semble alors relancé. Mais les Pistons, avec une adresse insolente (55.2%) et un Kentavious Caldwell-Pope de gala, reprennent le large. Avery Bradley, très discret sur ce match, enfilera quelques tirs longue distance à la fin du quart temps, mais ce ne sera pas suffisant, et Boston s’incline.

celtics Boston Celtics 97 – 92 Sacramento Kings kings

nba-com-stats-sac-vs-bos

Résumé : Deux jours plus tard ce sont les Kings qui débarquent au TD Garden pour un match dans lequel, fait rare, aucun absent n’est a déploré des deux côtés. Comme souvent, les Celtics démarrent fort, avec un très bon mouvement de balle qui amène beaucoup de tirs ouverts et donc une belle réussite. Mais comme souvent aussi, l’arrivée des remplaçants sur le terrain coupe l’élan de l’équipe. Stevens ne semble toujours pas avoir trouvé la bonne formule pour ses rotations et l’écart que les Celtics avaient réussi à creuser s’évanoui juste avant la fin du premier quart-temps. Le match devient ensuite beaucoup plus laborieux des deux côtés, l’écart ne monte pas au dessus de deux possessions avant le milieu du quatrième quart. À ce moment, Horford décide de mettre un point final à son énorme match en enchaînant les actions décisives pour permettre à son équipe de s’imposer de 5 points.

sixers Philadelphia Sixers 106 – 107 Boston Celtics celtics

nba-com-stats-bos-vs-phi

Résumé : Pour finir la semaine les Celtics se rendent à Philadelphie pour affronter les Sixers en back-to-back et donc privés d’Embiid. A priori un match facile mais on commence à connaitre la chanson. Les joueurs entrent sur le terrain sans envie, malgré les déclarations d’avant-match sur la nécessité de joueur dur ils sont apathiques en défense et la balle ne bouge pas vraiment en attaque. Les Sixers prennent donc rapidement un avantage qu’ils conserveront jusqu’au milieu du troisième quart-temps. Moment choisi par les Celtics pour se réveiller (un peu), Bradley et une défense un peu plus serrée dans le troisième quart puis Thomas dans le dernier leurs permettent de prendre l’avantage. L’adresse des Sixers derrière la ligne à trois-points les gardent dans le match mais ils doivent finalement s’incliner d’un seul point après un dernier tir longue distance d’Ilyasova au buzzer, pour la gloire.

 

Prev1 of 2Next
Use your ← → (arrow) keys to browse

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *