Kelly Olynyk est officiellement agent libre non-restreint

olynyk

Fin juin, les Celtics avaient dû prendre une décision quant à l’avenir de Kelly Olynyk, drafté par la franchise en 13e position il y a quatre ans maintenant. Le choix était relativement simple : soit lui offrir la qualifying offer, permettant ainsi aux Celtics de matcher toute offre qui aurait été faite à Olynyk à partir du 1er juillet, soit ne pas la lui donner et ainsi renoncer à leurs droits sur lui, afin dans cette logique de le laisser filer au plus offrant.

Afin d’assurer leurs arrières et malgré leur recherche de cap space pour attirer un gros free agent (chose faite avec la signature de Gordon Hayward), les Celtics avaient dans un premier temps offert la QO à KO.

C’était une décision importante pour Danny Ainge et son staff, qui ont beaucoup investi sur Olynyk depuis sa draft (sélectionné après un trade up avec les Mavericks) et ont donc attendu le dernier moment pour se décider. Un choix des plus compréhensibles en dépit des ambitions de l’équipe, au vu de la relation qu’avait Stevens avec le joueur, la confiance sans cesse renouvelée vis-à-vis de ce dernier et ses performances plus que correctes.

Seulement, les Celtics ont donc réussi à attirer Gordon Hayward dans leurs filets, et cela nécessite des sacrifices, l’un des premiers étant de renoncer aux droits sur Kelly Olynyk. En retirant la QO offerte fin juin, les Celtics font d’Olynyk un agent libre non-restreint. Mais il ne faudra pas être supris si, dans les prochains jours, d’autres cadres de ces dernières années venaient également à être poussés vers la sortie. On parle là d’Avery Bradley, Marcus Smart ou Jae Crowder. Cependant, il est plus probable que ça soit l’un des deux premiers noms cité qui soit sur le départ, plutôt que Jae, malgré la surcharge au poste d’ailier. En effet, ce dernier possède un contrat extrêmement avantageux, qui ne se termine pas à l’été 2018, contrairement à ceux de Smart et Bradley, qu’il faudra payer l’été prochain.

Voilà donc quatre années de coopération entre Kelly Olynyk et les Celtics qui se terminent. L’intérieur canadien aura fait partie du groupe débutant la reconstruction (ou presque), pour finalement terminer en finales de conférence quelques années plus tard.

Souvent inconstant, parfois incroyablement utile, comme en témoigne son match 7 face à Washington en playoffs cette année, il aura gagné sa place sur le terrain et progressé d’année en année. Malheureusement, à l’heure des choix, force est de constater que Boston ne peut pas se permettre de lui offrir un gros contrat.

Inutile de s’inquiéter pour lui cependant, puisque Adrian Wojnarowski affirme depuis plusieurs jours que Kelly Olynyk aurait un vaste choix. Dès hier soir, à l’annonce de sa libération par les Celtics, différentes équipes se sont directement positionnées pour s’informer sur son prix. Avec un profil si utile dans la NBA moderne, il ne serait pas étonnant de le voir décrocher un contrat entre 12 et 15 millions la saison, et ce très rapidement.

Bon vent Kelly, ton look et ta bonne humeur nous manqueront.

Article rédigé par Baptiste Godreau et Léo Hurlin

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *