Mailbag de l’été 2017 (partie 1)

Il y a quelques années de cela, nous avions tenté d’instaurer le principe des mailbags sur notre site. À la manière des analystes américains, et en plus des sessions questions-réponses que nous organisons parfois sur Twitter, nous vous proposions de nous adresser vos questions auxquelles nous répondions ensuite en détail sur cette plateforme.

Comme vous l’avez tous remarqué, le mois d’août est un mois très vide en actualités et c’est pourquoi nous nous sommes dit que ressusciter la formule des mailbags pouvait être intéressant. Le contexte s’y prête d’autant plus que l’équipe a été transfigurée comme rarement, puisqu’il y aura 60% de nouveaux joueurs et que Marcus Smart – drafté en 2013 – se retrouve désormais plus ancien membre de l’effectif.

Sans davantage de parlotte, voici une sélection de vos (nombreuses) questions, agrémentée de nos réponses. Si la formule vous plaît, n’hésitez pas à nous le faire savoir !

Léo : nous sommes actuellement en train de préparer un article à ce sujet, où nous explorons plusieurs possibilités avec leurs avantages et leurs inconvénients. Patience donc, mais ce dont je suis personnellement certain, c’est que Tatum n’en sera pas, et encore moins au poste 4 : il n’est aucunement question qu’il bénéficie de passe-droits qu’un Brown pourtant plus solide physiquement n’a pas eus l’an dernier, et je pense qu’il est en plus de cela nécessaire que Tatum se renforce musculairement, ne serait-ce déjà que pour tenir le choc face à des postes 3 de calibre NBA. Pour rappel, il est officiellement listé à 93 kg.

Léo : cette question est intimement liée à la première. En fait, l’équipe est plus que jamais composée de joueurs polyvalents, qu’il est facile de classer dans les trois catégories décrites par Stevens : ball-handlers, wings et bigs. Avec le départ de Bradley, il n’y a plus un seul réel arrière de formation donc oui, cela signifie quelque part qu’il y aura du bricolage, selon la façon dont on voit les choses. En fonction l’effet recherché, Stevens pourra en tout cas aligner deux porteurs de balle comme Thomas et Rozier ou Smart (ce qui permet de faire jouer Thomas off ball), ou bien la jouer gros bras avec Hayward ou Brown décalés sur ce poste.

Léo : alors, déjà, commençons par rappeler que Kyrie Irving n’est pas encore parti des Cavaliers, et qu’il peut encore tout à fait se retrouver obligé de rester – même temporairement, disons pour une demi-saison. Ensuite, s’il venait à partir, il est clair que ça permettrait d’aborder les Finales de Conférence Est avec plus d’espoirs (encore qu’un Kevin Love avec plus de responsabilités offensives peut faire de gros dégâts, comme on l’a vu avec les Timberwolves), mais l’équipe resterait encore au moins un cran en-dessous des Warriors. La réponse est donc non, car même si l’équipe a montré ces deux dernières saisons être en mesure de gêner les Warriors, ceux-ci sont tout simplement plus forts au meilleur des sept matchs et bénéficient en plus d’une expérience que le groupe des Celtics ne possède pas.

Baptiste : Même avec la signature de Gordon Hayward, qui vient renforcer une équipe ayant fini première de sa Conférence – avant de prendre 4-1 en finales de ladite Conférence -, les chances d’avoir la 18è bannière en juin prochain sont extrêmement minces. Il faudrait un concours de circonstances incroyable (des blessures ?) pour que Boston ait une chance contre Golden State en Finales, si Finales il y a. Avec Curry, Thompson, Durant, Green et toutes les pièces complétant parfaitement ce quatuor, les Warriors ont plusieurs longueurs d’avance sur les Celtics. De plus, avant de parler de Finales, il faudra battre les Cavaliers qui, même s’ils semblent plus faibles qu’un temps, restent l’équipe d’un LeBron James au sommet de son art. Les chances de titre sont donc bien minces.

Baptiste : Difficile de se prononcer pour les 18 000 personnes assistant chaque soir aux matchs des Celtics, mais subjectivement, je dirais volontiers Jayson Tatum ou Jaylen Brown. Les deux forment un duo explosif offensivement, capable de générer un sacré paquet de highlights et cela devrait plaire au public averti du TD. Il ne faudra pas non plus sous-estimer Gordon Hayward, qui, en qualité de nouvelle star des Celtics, devrait être très souvent acclamé par le Garden. Réponse en octobre.

Léo : ce sera sans aucun doute Thomas, puisqu’il reste intrinsèquement un meilleur scoreur qu’Hayward, qui d’ailleurs sort tout juste de sa première saison au-dessus des 20 points de moyenne. Cela dit, Stevens n’ayant jusqu’alors jamais eu une telle force de frappe à disposition, il faut s’attendre à une meilleure répartition de la charge offensive et probablement davantage de jeu off ball pour Thomas aussi, ce qui lui a beaucoup réussi jusqu’à présent. Hayward est en effet un bon porteur de balle et créateur, peut-être pas comme première option en la matière mais il peut tout à fait seconder un meneur dans ce domaine. Horford s’est également plus que jamais affirmé comme tour de contrôle dans sa première saison aux Celtics, passant de 3,2 à 5 assists de moyenne, et pourra aussi faire la liaison à ce niveau-là, puisque Stevens aime planifier ses rotations de sorte qu’il y ait toujours un de ses joueurs majeurs sur le terrain.

Léo : c’est un point que l’on abordera dans l’article sur les rotations qui sortira prochainement, mais il me semble clair que Brown aura assez rapidement des minutes à rentabiliser. Pour Tatum, comme dit plus haut, je ne vois aucune raison qu’il ait des passe-droits. D’ailleurs, je crois qu’il aura plus de concurrence que Brown parce que je ne l’imagine pas se décaler à l’arrière et qu’il aura, en plus de Crowder et Hayward devant lui, Ojeleye et Yabusele dans le rétroviseur, voire Nader. Cela étant, les décisions prises cet été, et notamment le départ de Bradley, sont sans nul doute une preuve de la confiance qu’accorde le front office aux jeunes de son effectif. On peut donc affirmer sans trop se mouiller que le duo Brown-Tatum (qui se cherche un nouveau surnom) auront des opportunités de briller ensemble dans la second unit dès cette année.

Léo : la question du futur avec Thomas est une question très délicate, et nous l’avions déjà abordée en mai. Quoi qu’on pense du joueur et avec la free agency de Smart à gérer, le fait est que l’équipe ne va plus avoir autant de flexibilité qu’avant. Cela signifie donc que trouver un remplaçant pour Thomas se fera soit en interne, soit au minimum. Dans ces conditions et au vu du marché, il est donc probable que l’équipe tente de trouver un accord avec Thomas, pour un salaire soit inférieur au maximum auquel le joueur peut prétendre, soit pour une durée inférieure à cinq ans. Je te renvoie à cette traduction parue lundi soir pour un point complet sur la situation.

Léo : c’est, par exemple, ce qui fait que les Celtics sont encore les Celtics et que les Kings sont toujours les Kings.

Léo : j’adore son profil, tant sportivement que dans sa mentalité, mais j’ai répété je ne sais combien de fois la saison passée qu’il ne fallait surtout pas l’attendre comme le sauveur lorsqu’il arriverait. Il est européen, il a tout juste vingt ans, il y aura forcément un petit temps d’adaptation avant d’espérer quoi que ce soit, et les Summer Leagues ont d’ailleurs déjà été une petite marche à franchir. Maintenant, au niveau de son potentiel, il me semble avoir vu quelqu’un qui brillait avant tout par son énergie, son moteur infatigable et sa mobilité plutôt bonne au vu de son gabarit. J’ai également souvenir d’avoir vu de bonnes mains près du cercle. On peut espérer qu’il développe un petit shoot à 4-5m pour peser davantage offensivement, mais je pense que ce n’est pas sur ce plan qu’il faut orienter sa progression. Les qualités qu’il a démontrées en Europe seront en effet davantage testées en NBA.

Voilà qui clôt ce mailbag estival version 2017. Les questions ont été nombreuses, il a fallu faire des choix mais si ce format remis au goût du jour vous plaît, il se pourrait bien que la formule fasse son retour définitif la reprise. Entretemps, nous publierons un second mailbag estival pour répondre à certaines des questions que nous n’avons pas retenues ici. Si les vôtres n’ont pas trouvé de réponse dans cet épisode, alors il vous suffit d’attendre encore un peu…

Article rédigé par Léo Hurlin et Baptiste Godreau

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *