Quels cinq et quelles rotations pour les Celtics ?

14491199-mmmain

Le fort renouvellement de l’effectif durant l’été et l’abondance de joueurs à l’aile rendent les rotations de l’équipe pour la saison à venir bien difficiles à lire. C’est pourquoi celticsfr va essayer dans cet article de vous aider à y voir un peu plus clair sur le sujet.

Le cinq de départ

Pas forcément aussi important qu’il n’y paraît (le cinq sur le terrain pour finir les matchs étant bien plus important que celui qui les commence), le cinq de départ reste important aux yeux de nombreux observateurs mais surtout des joueurs qui en font partie ou non. Voilà donc quelques idées pour les cinq titulaires qui risquent de toute façon de changer au cours de la saison.

  • Thomas – Hayward – Crowder – Horford – Baynes : après l’an dernier, au cours duquel Stevens alignait très régulièrement une raquette Horford-Johnson, voilà sans doute le cinq le plus raisonnable que l’on puisse imaginer. Un cinq assez semblable à celui de la saison dernière donc, avec un Hayward en poste 2 pour laisser Crowder en 3 et mettre un gros costaud dans la raquette à côté d’Horford. Le profil de Baynes, si attendu par nombre de fans, justifierait la dernière place dans le cinq de départ. Attention toutefois, l’australien n’a jamais réellement occupé un rôle de starter au long de sa carrière (24 matchs démarrés sur 295) et n’a surtout jamais joué plus de 16 minutes de moyenne par match. Il est également réputé inconstant des deux côtés du terrain malgré son énergie. De plus, Horford en poste 4 risque de ne plus aussi efficace dans la protection du cercle par exemple, étant amené à défendre au large.
  • Thomas – Hayward – Crowder – Morris – Horford : autre possibilité, décaler Horford en 5. C’est pour certains là où il doit évoluer aujourd’hui, afin de faire profiter l’équipe de ses progrès derrière l’arc, de sa mobilité encore supérieure à la moyenne à ce poste et donc de mettre du shoot à tous les postes dès le début du match. Stevens n’a pas vraiment osé démarrer beaucoup de matchs avec Alfred au poste de pivot la saison dernière. Pour le faire changer d’avis, il faudrait par exemple que Morris, qui reste sur une année très moyenne derrière l’arc (33%) après trois saisons plus correctes (38, 35 et 36% de réussite) se montre très précieux et surtout qu’il arrive à offrir un rendement décent au rebond (12% de rebonds défensifs captés l’an dernier à Detroit, contre 20,7% pour Olynyk dans sa dernière saison en vert). C’est malgré tout un des lineups qui permettrait le plus de switcher défensivement.
  • Thomas – Brown – Hayward – Crowder – Horford : quitte à mettre Horford en pivot, autant assumer pleinement le small ball très utilisé par Stevens la saison dernière et commencer les matchs avec Jae en 4. Cela permet de mettre Hayward sur son poste naturel et de faciliter un peu son intégration dans sa nouvelle équipe. Pour le poste 2, on penchera plutôt pour Brown qui a beaucoup travaillé sur différentes facettes du poste d’arrière, ce qui permet en plus d’équilibrer le cinq niveau taille et de laisser Smart mener le banc. On peut tout de même aussi imaginer un Marcus titulaire si Brown ne se montre pas à la hauteur d’une place dans le cinq de départ. 
  • Thomas – Hayward – Crowder – Horford – Zizic : On ne miserait pas gros sur ce cinq pour débuter la saison, mais certains au sein de la rédaction n’ont pas pu s’empêcher de se faire emporter par la Zizic mania et le verraient bien passer devant Baynes au fil de la saison si Stevens veut garder un cinq titulaire traditionnel. Pour cela, il faudra que le jeune croate confirme ses promesses au rebond et sa capacité à finir en mouvement, mais surtout qu’il fasse de gros progrès en défense sur le périmètre. Il a en effet rencontré beaucoup de difficultés sur ce domaine en Summer Leagues et cela risque d’être encore pire dans la grande ligue.
Prev1 of 3Next
Use your ← → (arrow) keys to browse

2 Comments

  1. papycelt

    13 août 2017 at 0 h 13 min

    pourquoi vous dites que stevens n a jamais osé commence un match avec Al en pivot ? il a pourtant joué tous les match a ce poste avec Amir qui jouait 4. peut etre que vous voulez parler defensivement ? ou amir tenait le gros 5 et Al le 4 ?

    • Rondodou

      14 août 2017 at 16 h 40 min

      Quand tu regardes le rôle, la position et les adversaires directes d'Horford et Johnson quand ils étaient tous les deux sur le terrain globalement Johnson était le 5 et Horford le 4.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *